AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le bal de floraison des cerisiers [PUBLIC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan S. Thornwood

avatar

Masculin ○ Messages : 141
○ Localisation : difficile à trouver
○ Emploi/loisirs : Armurier et chorégraphe (en charge du club de danse de mahora)
○ Situation amoureuse : tu m'as pris pour qui ?

Carte d'Identité
Classe: Catalyseur
Situation: Personnel de la pension à temps partiel
Informations pratiques:

MessageSujet: Le bal de floraison des cerisiers [PUBLIC]   Lun 14 Mar - 18:03

[HRP: étant donné que je ne fais pas partie du staff, je ne suis pas censée lancer d'events, mais je me suis dis qu'étant donné que le jour de ma validation coïncidait justement à la date du bal de début d'année, je n'allais pas me priver pour faire un petit sujet publique en cet honneur.... Nous voici donc avec un Morgan qui débarque, n'a pas encore de chambre, souffre cruellement du décalage horaire et ne parle pas plus de 4 mots de japonais, arrivant en plein bal... mon dieu ça promet.... ]

L'île de Mahora... Une petite île perdue au large des côtes japonaises, sur laquelle on l'avait invité, invitation qu'un certain petit post-it en provenance de son frère jumeau perdu de vue depuis trois ans l'avait empêcher de refuser. Il avait réglé avec ses parents les détails de l'inscription, et arrivait donc avec un dossier complet, au moins.
En plus, il arrivait 5 jours pile poil avant la rentrée des cours, il ne prendrait donc pas le train en route, si c'était pas beau tout ça...
Mais cela n'empêchait pas le beau brun de se demander quelle mouche l'avait piquée d'accepter, lorsqu'il se trouva devant le pensionnat qui allait l'accueillir pour sa dernière année de lycée. C'est vrai, quoi, il ne parlait pas japonais, lui, sa langue vivante c'était le chinois, et puis partir, comme ça, un an, dans un pays étranger, avec 25kilos de bagages en soute autorisés, c'est déjà bouleversant, alors arriver, encore en plein décalage horaire, vers 18H30, devant un bâtiment immense et en plein... bah ça ressemblait fort à un bal de début d'année toute cette agitation et ces belles robes, et en voyant le personnel de l'école en train de prendre l'apéro et probablement absolument pas enclin à lui montrer sa chambre ou à valider son inscription définitive..... On pouvait difficilement faire pire, non ?

En plus, avec sa tenue habituelle, chemise noire en soie, pantalon en cuir noir, rangers et piercings en option et veste en cuir cloutée sur l'épaule, son sac de voyage sous le bras et ses cernes immenses que le décalage horaire avait amplifié, on ne pouvait pas dire qu'il se mariait bien dans le décors....

Il voyait la cour, déjà éclairée de torches et de lampions multicolores en papier, et entrapercevait le jardin, littéralement envahit de guirlandes lumineuses vertes et blanches et de ce qui ressemblait à des globes en verre remplit de lucioles, mais la partie la plus festive du bal se trouvait définitivement dans le hall, grand ouvert, dans lequel jouait un pianiste solitaire pour l'instant parfaitement recouvert par les bruits des conversations des élèves surexcités qui se massaient devant d'immenses tables recouvertes de victuailles, l'amuses-gueules et de boissons diverses.
Le hall, lui était décoré de centaines de guirlandes végétales, des plantes grimpantes qui semblaient littéralement avoir poussé là de leur plein gré dans la journée, et le sol dallé recouvert de pétales de cerisiers, qui, très étrangement, ne s'abîmaient pas quand on marchait dessus.
C'était certes splendide, et les robes des demoiselles comme les costumes de leurs cavaliers étaient proprement somptueux, mais le brun n'avait jamais aimé les bals depuis le collège, et là, c'était vraiment, vraiment pas le moment.
Bon, que faire maintenant ? Il ne pouvait raisonnablement pas déranger les membres de l'administration qui ne s'attendaient visiblement pas à son arrivée, il ne connaissait pas le bâtiment mais il devrait visiblement de toutes façons traverser tout le hall devant tout le monde pour aller où que ce soit, son sac lui faisait mal et il voulait absolument prendre une douche.
Aller, Morgan, prends ton courage à deux mains, de toutes façons, tu ne sais pas à quelle heure le bal finit, tu pourrais très bien passer la nuit dehors si tu ne te bouge pas...
Fais-le, j'te dis !
Le brun repoussa en bloc sa conscience, mais fut bien obligé d'admettre qu'elle avait raison; il allait devoir se présenter à l'administration et faire une super bonne impression à tout le monde le soir même de son arrivée.
On respire un grand coup, et on entre dans le hall bondé !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alyss S. Grace

avatar

Féminin ○ Messages : 33
○ Age : 21
○ Localisation : Là où tu ne me trouvera pas. C'est à dire derière toi.
○ Emploi/loisirs : Je n'ai aucun emploi pour l'instant. *Je suis jeune ! ça se voit pas ! Alors achète toi des lunettes* Mes loisirs : la guitare, la magie, dormir. Je crois que c'est tout... Enfin je pense
○ Situation amoureuse : Ce te regarde U_U"

Carte d'Identité
Classe: Enfant des Hauts Glaciers
Situation: Collégien, Lycéen (+fillière), Civil (+métier), Vagabond, ...
Informations pratiques:

MessageSujet: Re: Le bal de floraison des cerisiers [PUBLIC]   Sam 19 Mar - 19:53

Quelle idée d'avoir fait un bal de début d'année 5 jours avant la rentrée. A moins de vouloir démoralisée tout les élèves, c'était stupide. Alyss n'aimait se genre de fête. Quand elle était encore au Pays de Galle, elle ne participait pas aux fêtes de son établissement scolaire. Dès qu'elle entendait parler d'une fête où autre Alyss essayait de se défilée. Mais malheureusement, elle n'avait pas put échappée au Bal des Cerisiers de la pension Mahora. Pour essayait de passer inaperçu, Alyss avait mit une robe bleu des plus simple avec deux trois rubans par-ci par-là et les cheveux détachaient à son plus grand regret. Il était 18h30, le bal avait commencer depuis une petite heure et demie et elle ne se sentait vraiment pas à sa place. Elle voulait allée voir une personne de l'administration pour demander si elle pouvait retournée dans sa chambre mais ces derniers étaient entrain de s'amusaient et Alyss n'avait pas envie de les embêtée. Elle avait décidée de se mettre dans coin, plus ou moins près des boisons et de la nourriture et pas très loin de la porte au cas où elle souhaiterai prendre l'air. Le bal battait son plein mais Alyss s'ennuyait, elle avait emmenait son petit calepin à dessin au cas où. Mais rien n'y faisait, elle s'ennuyait. Il est vrai que le hall était vraiment bien décorer et cela donnait au bal un esprit féerique. Les guirlandes multicolores, les pétales de cerisiers sur le sol, la musique du piano : Tout était très agréable et très jolie, les robes de certaines étudiantes étaient magnifiques digne d'un conte de fée mais s'était vraiment du goût d'Alyss. Mais bon on ne peut pas toujours avoir se qu'on veut dans la vie. La température dans le Hall commençait peu à monter et Alyss ne supportait pas vraiment la chaleur étant donnée qu'elle était une enfant des Haut Glaciers. Avant de partir du Hall, elle prit quelque gâteaux qu'elle mit dans un mouchoir puis dans sa poche et essaya de se faufiler entre les danseurs. Il était un peu difficile pour la petite fille de paraître enjouée lorsqu'elle passait près d'un couple de danseurs. Le problème, c'est que Alyss fini par se perdre dans toutes cette foule. Elle regarda à droite à gauche pour trouver la porte du Hall. Son regard fini par se posait sur un jeune homme tout vêtu de noir, portant un sac et devant la porte de Hall.

    *Il doit sûrement être nouveau. Il a pas de chance, il est vraiment tombait au mauvais moment pour arrivée à Mahora* Pensa la petite fille qui réussit à avancer petit à petit vers la porte. *En plus les gens de l'administration sont entrain de prendre l'apéro donc il vas sûrement avoir dû mal à demander sa chambre. Le pire c'est que personne ne la vue. Et puis comme je sais pas quoi faire je pourrait toujours allée l'aider*


La petit fille avait réussit à sortir de la foule de danseurs. Elle avait la porte du Hall et le jeune homme dans son champs de vision. Alyss avança vers le jeune homme mais elle fut bousculer par quelqu'un et percuta le jeune homme qu'elle voulait aidée.

    Itaï ! Fit avec sa petite voix aigu.


Elle était tombée sur les fesses juste devant le jeune homme, elle leva la tête pour le regardée. Il était vraiment très beau. Alyss trouvait qu'il ressemblait à son grand frère Owen surtout au niveau du regard, la façon de regardait les gens avec de l'indifférence. Alyss se leva, ramassa son calepin, puis dépoussiéra le bas de robe et posa une dernière fois son regard sur le jeune homme.

    Je suis désoler de t'avoir bousculer. Dit- elle simplement japonnais mais le jeune homme n'avait pas l'ai de comprendre. Es que tu parle Anglais ? Demanda Alyss dans sa langue natal qui n'était autre que l'Anglais.


Alyss salua le jeune homme pour s'excuser une dernière fois puis s'avança vers la sortir pour prendre enfin l'air. Alyss se retourna et demanda en anglais.

    Tu viens d'arrivée ici ? Et tu cherche une chambre c'est ça ?


[HRP : J'ai peur d'avoir fait un post court par rapport au tient. Je suis désoler]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Saki Takahashi

avatar

○ Messages : 24
○ Localisation : Dans ma boutique ou dans mon onsen... Sauf le mardi où je terrorrise les élèves de Mahora pendant mon cours d'Étude des Démons !
○ Emploi/loisirs : Je tiens cette charmante boutique de potionologie, "Chez Karakasa-sobo". Et les jours de fermeture, je fais cours à la Pension !
○ Situation amoureuse : Je n'ai ni l'âge ni le corps nécessaire pour celà, mon chou...

Carte d'Identité
Classe: Ongumi
Situation: Collégien, Lycéen (+fillière), Civil (+métier), Vagabond, ...
Informations pratiques:

MessageSujet: Re: Le bal de floraison des cerisiers [PUBLIC]   Mar 5 Avr - 19:53

Spoiler:
 

Saki adorait les bals. Pour faire large, Saki aime tout ce qui est festivité… Oui, bon, en fait Saki aime tout et n’importe quoi, il est donc difficilde de déterminer ce qu’elle aime plus que le reste. On peut néanmoins dire que les bals occupent son Top 50, car un bal, c’est l’occasion rêvée d’exhiber des tenues encore plus loufoques que d’habitude (je vous jure que c’est possible), de danser avec plein de jolis garçons, de manger plus qu’il n’est sage et de boire à outrance. L’annonce du bal de floraison des cerisiers l’avaiet donc plongée dans une pleine marmite de ravissement et son impatience lui avait coûté quelques étourderies qui avaient failli changer un élève en statue de chocolat noir 90% de cacao (elle était en plein dans le programme des potions culinaires) et mettre le feu à sa boutique, pour le treizième fois en un mois et demi.

Le grand jour, ce n’est pas l’Ongumi qui apparut au seuil de l’entrée de la Pension, mais une version mille fois plus évoluée. Juchée sur de vertigineux escarpins coquelicot ornée de fleurs blanches, scintillante dans une robe de soirée rouge sang brodée de paillettes dorées, une gigantesque rose de satin carmin accrochée à l’épaule gauche, elle portait de longs gants argentés agrémentés de faux ongles longs de plusieurs centimètres sur lesquels étaient peints des cerisiers en fleur. Ses longs cheveux noirs avaient été tréssés, et les nattes ainsi obtenues, raidies par un gel coiffant surpuissant, avaient été organisées sur le sommet de son crâne pour former une cage à oiseau. Un oiseau créé magiquement par son amie et collègue Eria voletait gaiement dans sa prison capillaire en lançant des trilles. La potionologue avait colorée ses paupières et lèvres d’un camaïeu de rouge, et sur ses joues étaient dessinées des fleurs de cerisier, et enfin, elle portait de somptueuses boucles d’oreilles à breloques et un fon collier d’argent. Ondulant avec grâce au milieu de la foule qui la contemplait, ébahis, elle adressait de ci de là des sourires princiers accompagnés d’un papillotement de doigts… Où se précipitait sur une pauvre victime en hurlant des surnoms affectueux avec une vitesse impressionnante au vu de la hauteur de ses talons.

Puis l’oorchestre se mit à jouer et, après avoir fait une razzia sur les petits-fours et les flûtes de champagne, elle se lança sur la piste de danse. Encore une fois, elle démontra son étonnant sens de l’équilibre en enchaînant les pas avec souplesse et légèreté malgré ses hauts talons. Elle valsa avec son adorable Rei à pois verts (le professeur de suicine portait un smoking blanc), se lança dans un tango torride avec Kinsue Shishida et fit une petite gigue avec Iruto Kawani lui-même. Lorsque l’orchestre passa à une musique plus moderne, les jeunes élèves et étudiants remplacèrent les professeurs sur la piste, mais Saki décida de rester et étonna tout le monde en se déchaînant dans un rock sauvage. Quand elle se décida enfin à s’éclipser, sa coiffure et son maquillage étaient impeccables, merci les potions, crèmes et onguents magiques concoctés pour l’occasion.

Elle alla siroter un petit saké en grignotant des toasts au fois gras, dandinant son popotin au rythme des chansons du célèbre groupe YOMI’S Day qui avait remplacé l’orchestre sur l’estrade. Ses jambes lui démangeaient, mais elle avait assez danser pour ce soir. Elle décida donc de faire un tour et tomba sur un beau jeune homme aux cheveux bruns, tout habillé de noir, qui tenait des valises. Alyss Grace lui parlait… Mais pas en japonais. Saki connaissait cette langue… Mais oui, de l’anglais ! Elle le parlait couramment, d’ailleurs. Elle comprit que le garçon était nouveau. Il avait bien choisi son jour ! Elle avait entendu les surveillants parler d’un nouvel arrivant, elle avait même entendu le numéro de la chambre où il faudrait le loger. Ce devait être lui ! L’Ongumi s’avança vers eux et roucoula en anglais, avec un horrible accent :


« Bonsoir ! Alyss, ma chère, j’espère que ma potion glaçante a eu l’effet escompté. Et vous, charmant petite touffe de vélocipède, vous êtes le nouveau ? Enchantée, Saki Takahashi, professeur et potionologue. Je pense connaître le numéro de votre chambre, si vous voulez bien me suivre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://emonalis.forumactif.org
Morgan S. Thornwood

avatar

Masculin ○ Messages : 141
○ Localisation : difficile à trouver
○ Emploi/loisirs : Armurier et chorégraphe (en charge du club de danse de mahora)
○ Situation amoureuse : tu m'as pris pour qui ?

Carte d'Identité
Classe: Catalyseur
Situation: Personnel de la pension à temps partiel
Informations pratiques:

MessageSujet: Re: Le bal de floraison des cerisiers [PUBLIC]   Jeu 14 Avr - 19:16

Tout à l'intérieur était insoutenable niveau sensations. Les bruits, la musique trop forte et pas du goût de Morgan, l'odeur de fleur d'alcool et de nourriture, celle de la sueur et des parfums mélangés aussi qui laissaient un goût âpre sous la langue et rendait la respiration difficile, le contact de centaines de corps pressés les uns contre les autres, discutant, mangeant, buvant, dansant ou s'embrassant, le bousculant et le ballotant d'un côté ou d'un autre. Inutile de simplement évoquer la vision.
Le brun faisait d'autant plus tâche dans le décors, mais personne ne semblait le remarquer. Cela le fit se sentir étonnamment mieux. Il avait toujours adoré être un anonyme perdu au milieu d'une foule, il se sentait étrangement à sa place au milieu des masses de gens qui ne faisaient pas attention à lui. Probablement parce-que c'était là qu'il était le plus caché des autres, là où il attirait le moins l'attention...

Il avançait difficilement au milieu des gens de tous âges qui l'entouraient, Cette école était vraiment immense après tout.... il dépassait d'assez haut la plupart des gens, ce qui lui permettait d'avoir au moins la vue à peu près claire et le nez dégagé.

Il sentit un truc entrer violemment en contact avec lui sans pouvoir le voir. Surpris, il baissa les yeux à l'audition d'un "itaï" à peine audible et vit ce qui ressemblait à une petite fille toute....bleue qui le dévisageait. Il ne se souvenait pas que Mahora fasse également école primaire, elle devait être plus âgée qu'il n'y paraissait...

Elle se releva, épousseta le bas de sa robe et un carnet étrange qu'elle tenait à la main. Preuve la plus probante qu'elle n'était pas de gaieté de cœur à la cérémonie.

La bleue marmonna une phrase incompréhensible en japonais, enfin Morgan pensait reconnaître du japonais à l'oreille, mais il faudrait qu'il prenne des cours de toute urgence.....
Tout à coup, la toute jeune fille s'adressa à lui dans un anglais parfait, avec un accent qui ressemblait à celui de son professeur en astronomie appliquée et donc à celui du pays de Galles.
Heureux d'entendre enfin des mots familiers, Morgan, alors qu'en temps normal il se serait contenté d'un assentiment donné par un signe de tête, alla jusqu'à ouvrir la bouche et se hasarder à répondre un
"Mouaip", ce qui était déjà beaucoup lui demander.

Ou peut-être était-ce simplement qu'il aimait bien les gosses, même si on ne le lui ferait probablement jamais avouer ...

La bleue s'excusa rapidement de l'avoir bousculé, ce à quoi il répondit par un
"s'rien t'm'as pas fais mal, t'sûre qu'toi ça va ?" pouvant passer pour une phrase prononcée par un être humain si on était pas trop regardant, puis elle se retourna en direction de par où il était entré.
Au dernier moment, elle tourna la tête vers lui et lui demanda:
"Tu viens d'arriver ici ? Et tu cherche une chambre c'est ça ? "
Le brun lui fit un signe de tête lui signifiant que oui, avant d'ajouter, après deux secondes de silence:
"Je vais bien trouver, tous les membres de l'équipe administrative et enseignante sont rassemblés ici non ?"

C'est exactement ce moment-là que choisit une voix d'adulte avec un accent épouvantable pour se faire entendre:

« Bonsoir ! Alyss, ma chère, j’espère que ma potion glaçante a eu l’effet escompté. Et vous, charmant petite touffe de vélocipède, vous êtes le nouveau ? Enchantée, Saki Takahashi, professeur et potionologue. Je pense connaître le numéro de votre chambre, si vous voulez bien me suivre ! »

Mis à part son accent atroce, la prétendue "Saki Takahashi, professeur et potionologue" avait une voie très douce. Ah, et puis elle était rapide et professionnelle, eux qualités que Morgan appréciait tout particulièrement chez les autres êtres humains. Par contre, il n'avait absolument aucune idée de pourquoi cet établissement enseignait une matière telle que la potionologie. Ni de pourquoi il s'était d'emblée fait surnommé "touffe de vélocipède", ses cheveux n'étaient quand même pas si ébouriffés que ça non ? Ceci dit, il ne s'était pas vu dans un miroir depuis les toilettes de l'avion, il y a des heures, et il ne devait probablement pas être très présentable c'est vrai. Mais ce n'était pas une raison quoi ! Elle devait être assez...excentrique cette prof quand même....

Et là, Morgan se retourna, et resta totalement figé, bouche fermée, regard fixe et exorbité, devant l'apparence du professeur.
Beaucoup de personnes avaient des tenues majestueuses, mais ça dépassait totalement les limites du esthétiquement acceptable niveau originalité.
Elle était brune, d'apparence asiatique, jusque-là rien de bien méchant. Elle portait des escarpins rouge pétants vertigineux avec des motifs floraux. Soit. Une robe rouge à paillettes dorées qui semblait tout droit sortie d'un cabaret ou d'un casino. Il n'avait rien à dire sur ce qu'elle faisait après les cours, et puis ça lui allait plutôt bien. Déjà, en voyant les gants, on pouvait se poser des questions. Même chose pour le maquillage. Mais la coiffure, c'était définitivement trop. ça défiait toutes les lois de la physique élémentaire, et puis comment on pouvait enfermer un oiseau là-dedans ? Et surtout comment on se lavait les cheveux après ? Parce-que voilà quoi, un oiseau ça défèque quoi... et dans les cheveux.....

Wolfy retint un sourire, un vrai cette fois pas son habituel sourire-qui-n'en-est-pas-un-et-on-te-le-fait-très-bien-comprendre , et décida arbitrairement que bien qu'elle soit son exact opposé, ou peut-être justement pour ça, il l'aimait bien.
Déjà, les cours promettaient de ne pas être tristes. Et puis, avec une apparence pareil, ça serait probablement la dernière à croire les rumeurs qui circuleraient obligatoirement sur lui et à se faire un jugement sur les gens basé sur les à-priori.
M'enfin, il pouvait se tromper....

Un peu, un tout petit peu plus avenant qu'avant, Morgan retrouva le contrôle de lui-même, et, avec son habituel signe de tête et un sourire réfréné que ses yeux ne parvenaient pas à cacher, il répondit un simple:
"J'vous suis m'dame, merci"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bal de floraison des cerisiers [PUBLIC]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le bal de floraison des cerisiers [PUBLIC]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Que sont devenues les Mercédès payées par le trésor public?
» Haïti : Le trésor public est en bonne santé
» Un marche public inacheve a Petion-Ville...
» La notion d'espace public dans le mental haïtien
» Rose Ecarlate - Forum RPG hentaï [pour public averti]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mahora no Shima :: Île de Mahora :: Partie Ouest :: L'Ecole de Mahora et sa Pension :: L'école :: Hall d'Entrée-
Sauter vers: