AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un peu de calme sous la pluie hivernale. (PV: Kino)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sullivan M.J. Brooks

avatar

Masculin ○ Messages : 17
○ Age : 23
○ Localisation : En quoi cela vous regarde-t-il ?
○ Emploi/loisirs : Je n'ai pas besoin de travailler pour subvenir à mes besoins...
○ Situation amoureuse : H-hem... *rougit* Hé bien... il y a Nevh et... hem... Samaël...

Carte d'Identité
Classe: Sataniste
Situation: Collégien, Lycéen (+fillière), Civil (+métier), Vagabond, ...
Informations pratiques:

MessageSujet: Un peu de calme sous la pluie hivernale. (PV: Kino)   Ven 4 Mar - 1:23

Le chemin que gravissait Sullivan était étroit. Les ronces qui bordaient la terre battue accrochaient ses collants en satin, effilochant et étirant le précieux tissu. Malgré cette fine étoffe, il pouvait parfois sentir une épine s’enfoncer dans sa peau et en ressortir en emportant avec elle une légère goutte rouge carmin. Quelques tâches parsemaient même ses bas aux couleurs bleu et argenté.

Sous ses pieds, il entendait les branches mortes se briser en de lugubres ‘crrrac’ qui semblaient résonner au milieu de ce silence pesant. En dehors de ces sons qu’il faisait en marchant – des froissements de tissus, le cuir de ses semelles se posant sur le sol, une respiration haletante – il arrivait à entendre les fourmillements des insectes qui grouillaient sur le sol. Partout où il baissait les yeux il pouvait voir des scolopendres, des cloportes, des mantes religieuses, des scorpions, des araignées, des phasmes et des punaises. À chaque pas qu’il faisait, il les voyait filer à toute allure pour échapper à son pied destructeur.

Il ravala une vague de dégoût. Fermant les yeux, il espéra imperceptiblement que toute cette vermine grouillante se transformerait en coccinelles et papillons lorsqu’il rouvrirait les paupières. Il n’en fut rien.

Plus il avançait dans le bois et plus une brume blanche tapissait le sol, lui cachant la vue des insectes. L’air s’humidifiait et se rafraîchissait, le faisant frissonner. Bien vite, la température devint glaciale. Il grelottait tellement que sa mâchoire inférieure claquait contre ses dents, faisant résonner dans l’air un ‘clac-clac-clac’ morbide. Ses lèvres et ses ongles viraient au violet, et du givre se formait même sur ses longs cils en les poivrant de blanc. À chacune de ses respirations, un petit nuage de buée s’élevait de sa bouche.

Il n’entendait plus le bruissement des insectes et il supposa qu’il n’en avait plus sous cette épaisse couche de brume. Soudainement, sans qu’il ne sache réellement pourquoi, la peur vint le mordre au creux du ventre. Il sentis ses jambes faiblir, sa résolution vaciller.

Attendez… pourquoi marchait-il sur ce chemin étrange, déjà ? Il trembla de stupeur lorsqu’il réalisa qu’il avait oublié la raison de sa présence en ce lieu angoissant. Il fit brusquement volte face et faillit hurler de frustration lorsqu’il découvrit que derrière lui le chemin s’estompait au milieu des arbres dépourvus de feuille, comme s’il n’avait jamais existé. Il eut envie de s’accroupir par terre en fermant du plus fort qu’il pouvait ses paupières en agrippant ses vêtements et d’attendre que ce moment passe.

Mais il fallait qu’il soit raisonnable. Il ne sortirait jamais d’ici en restant assis les bras croisés. Prenant son courage à deux mains, il continua sa marche le plus silencieusement possible. Il avait à peine fait deux pas lorsqu’il crut entendre un soupir non loin de lui.

Il s’arrêta à nouveau et tendit l’oreille. Le sang qui battait à ses tempes était glacé. Mais le silence qui régnait tout autour de lui était pesant. Il avait du rêver.


« Sais-tu ce qui arrive aux petites huîtres trop curieuses ? »

Il sursauta violemment malgré le fait qu’il était en train de guetter un son. Il regarda tout autour de lui, à la recherche de la personne avec une voix grave et profonde qui s’était adressée à lui. Il aperçut une silhouette sombre à une dizaine de mètres de lui, la tête tournée vers le bas et accrochés dans les arbres. Si cette chose n’était pas cachée dans des branches, il aurait juré qu’il s’agissait d’une sorte de phoque en beaucoup plus gros.

« Excusez-moi ? osa-t-il dire. Qu’avez-vous dit ? »

L’étrange forme se mit à rire. Sullivan réprima un frisson.

« Allons Sullivan, tu le sais bien ! Les petites huîtres trop curieuses, qu’est-ce qu’il leur arrive lorsqu’elles n’écoutent pas les conseils de leur mère ? Mmh ? »

Il fit un pas en arrière. Lorsqu’il prit de nouveau la parole, sa voix était faible et tremblait.

« Je ne sais pas….
-SI ! Bien sûr que tu le sais ! RÉFLÉCHIS ! »

Sullivan se retourna brusquement. La silhouette se trouvait là, deux fois plus proche de lui qu’auparavant. Il la vit sourire, et la rangée de dents qu’il aperçut suffit à lui faire perdre pied. Elles étaient énormes. Pas pointues, pas crochues. Mais si grosses qu’il se dit qu’elles n’auraient aucun mal à lui broyer le bras d’un coup de mâchoire.

« N-non, je ne sais vraiment pas ! »

Le sourire s’éclipsa brusquement.

« Si je le sais, c’est que toi aussi tu connais la réponse ! RÉFLÉCHIS ! »

La silhouette se jeta sur lui.

Il se redressa violemment en inspirant bruyamment. Il jeta un coup d’œil circulaire autour de lui, et il soupira d’aise en constatant qu’il n’y avait aucune ombre au sourire denté. Il n’avait fait que rêver.

Il s’appuya à nouveau contre le dossier du fauteuil dans lequel il était assis. Il s’était assoupi en lisant un roman dit ‘classique’ écrit par un certain Lewis Carroll. La lecture, bien qu’enfantine – mais ça il ne l’avouerait sans doute pas de vive voix – était fort intéressante. Le livre était posé sur ses genoux et la page où il s’était arrêté de lire était légèrement cornée.

Il ferma les yeux afin de calmer sa respiration haletante, écoutant la pluie tambouriner contre les carreaux de la véranda. Le temps était le même depuis qu’il s’était levé et il en avait décidé que c’était une journée parfaite pour se dégoter un coin au calme pour lire un bon roman. Son dévolu s’était tourné vers la véranda ; il aimait bien observer le ciel gris et le paysage imbibé d’eau.

Lorsqu’il eut repris son calme, il rouvrit les yeux et soupira pour la seconde fois. Lorsque son regard se posa sur une personne qu’il n’avait pas remarqué jusque là, il tressaillit – mais pas aussi violemment que dans son rêve. Une fille aux longs cheveux bruns le regardait tout comme lui la regardait.

Il se tendit, vexé dans son amour propre qu’une inconnue ait pu le voir dans un de ses moments de faiblesse. Reprenant un faciès froid et indifférent, il détourna le regard, peu enclin à démarrer lui-même une conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kino Kohaku

avatar

Féminin ○ Messages : 53
○ Age : 25
○ Localisation : Devant mon ordi , dans la lune ..

MessageSujet: Re: Un peu de calme sous la pluie hivernale. (PV: Kino)   Lun 7 Mar - 0:33

Il faisait froid , l'hiver allait pourtant bientôt finir , et le printemps montrerait bientôt le bout de son nez . Le mois de mars commençait à peine , le soleil était encore bien timide , l'air était frais même si on commançait à sortir les lourds et chauds manteaux pour leur préférer des choses plus légères . Kino s'étai habillée beaucoup plus léger et court aujourd'hui . Il faisait beau en début de matinée , le temps était clair et quand elle avait ouvert sa fenêtre , elle avait sentit un brin d'air chaud sur son visage . Elle s'était levé doucement , sans se presser . Aucun cours ne l'attendait aujourd'hui , dans un sens c'était normal . On était samedi . Elle s'était couché tard , avait lu , réviser ses cours , et regarder un film . Lorsqu'elle ouvrit les yeux , la musique du film lui tournait dans la tête , une douce mélodie , très original pour se réveiller un samedi matin . Elle s'étira délicatement , enleva les écouteurs de son Ipod qui lui servaient de berceuse le soir et se leva . Le matin était toujours un moment où il ne fallait pas la brusquer . Vu qu'elle était seule dans sa chambre , cela tombait bien . Elle filla sous la douche , et en sortit ruisellante , une serviette entourant son corps svelte . Elle regardait dans son armoire pour trouver des vétements à se mettre quand elle tomba sur la tenue parfaite . En harmonie avec le temps et son humeur , et surtout qu'elle aimait beaucoup . Toute vétue , elle se regarda dans la glasse . C'était pourtant pratiquement le même corps , sauf que le reflet lui renvoyait l'image d'une jeune fille brune qui portait une courte jupe marron et un haut vert feuille , qui était surplombé par une chaine avec une montre gousset . Ses jambes étaient longues et teintées par le noir de ses collants . Elle passa la main dans ses cheveux négligeamment . C'était toujours délicat de contempler cette apparence alors qu'elle pouvait en changer à son bon vouloir . Elle mis un peu de musique à sa chaine hi fi , une musique pas trop forte idéale pour le matin , un groupe européen qu'elle aimait beaucoup , Air . Pendant qu'elle préparait son petit déjeuner aux sons de la douce mélodie , elle se demandait ce qu'elle allait faire de sa journée . Il faisait beau , il n'était pas question de rester enfermée toute l'après midi , elle avait envie d'aller dans l'Académie de Mahora , c'était paradoxal car elle y passait tout son temps habituellement , mais là c'était différent , il n'y aurait personne , l'ambiance ne serait pas la même que des troupeaux d'étudiants vibrants dans les salles de cours ou que des bruits de pas dans les couloirs . Elle pouvait aller à la Bibliothèque , prise d'une subite envie de lire . Comme d'habitude , elle ne s'en lassait pas .

Le bruit des tartines qui sautèrent du grille pain la tira de ses pensées . Elle ramassa les deux tartines , attrappa le pot de confiture , se fit un bol de chocolat chaud , se servit un verre de jus d'orange et s'assit à table . Ses yeux n'étaient pas encore bien ouverts , elle fixait la couleur jaune orangée du verre , puis elle versa la délicieuse confiture de fraise sur ses tartines . Finalement non , elle n'irait pas à la bibliothèque , elle avait envie d'aller autre part , un endroit calme , un endroit qu'elle n'avait jamais vraiment bien pris le temps de regarder . Elle se débrouillerait ; elle décida qu'elle partirait en chemin de l'Académie et qu'elle verrait où ses pas la méneraient .

Après avoir avalé tout son petit déjeuner , elle s'empressa de faire la vaisselle , de se préparer et d'aller chercher ses affaires . Qui se résumait en un petit sac où elle entrposait son Ipod , Breakfast at Tiffany de Truman Capote et son appareil photo . Attrapant ses clefs , sa veste , et enfilant des balerines noires , elle sortit de la chambre . Ayant mis ses écouteurs , elle se sentait porté par la musique , ses balerines claquaient sur le sol au rythme de la musique de Radiohead . Prenant le chemin de l'Accadémie , c'est à dire à environ 10 minutes de marche . C'était facile quand il faisait beau et que Kino était de bonne humeur . Elle se mit à marcher et elle se retrouva devant la cour de l'Accadémie , sauf qu'il se mettait à pleuvoir , et même à pleuvoir violemment . Quel changement , si rapidement ! Sans même prendre le temps de se dire qu'il y aurait un arc en ciel dans quelques heures , elle ne voulait pas se mouiller , elle se mit à courir . Elle traversa la cour et se retrouva derrière les batiments , là où tronait la véranda . Immense architecture tout de verre , sans réfléchir elle y entra . La pluie tombait de plus en plus fort , les gouttes s'éclataient contre les grandes baies vitrées . Rassurée d'être à l'abri , elle regarda un peu l'architecture de la Véranda , elle y était aller quelques fois avec des amis , mais jamais seule et jamais quand il pleuvait . Curieuse , elle leva la tête , elle fut surprise de constater que le ciel était dans un écrain gris que l'on voyait parfaitement d'en bas . Comme si elle revenait en enfance , elle trouvait ce ciel absorbant , le regardant encore quelques instants . Elle détourna le regard , la Véranda était grande , elle avança doucement , ses balerines tapant délicatement le sol , descendant deux petites marches , elle atterit dans une salle avec quelques fauteuils et quelques plantes vertes . Les murs étaient tapissés de multiples bibliothèques , des centaines de livres se trouvaient ici . Kino se délectait d'avance . Au fond , une table et des chaises . Elle ne se rappelait pas d'être déjà venu dans cette salle , peut être était - elle vérouillée quand elle y avait mis les pieds . Le coin était tranquille , pas meilleur moyen de s'évader dans un endroit si serrein .

Une forme se dessina dans un fauteuil , sous le coup de la surprise , Kino recula . Il y avait quelqun . Elle ne s'attendait pas du tout à trouver quelqun ici , la personne avait - elle eu la même idée qu'elle ? Elle se rapprocha doucement . Et ce qu'elle vit la fit sourire . C'était un jeune garçon sur le fauteuil , il s'était assoupis , un livre posé sur son ventre , il respirait régulièrement , sa lecture l'avait emmené dans un autre monde . Sans faire de bruits elle se rapprocha encore jusqu'a ce qu'elle arrive à lire le nom du livre " Alice aux pays des Merveilles" du très cher Lewis Caroll . Effectivement , le jeune homme avait surement déjà passer par l'autre côté du miroir . Elle se recula , attendrit par l'image qui lui faisait face ; le jeune homme était brun , ne semblait pas être très épais , et ses yeux fermés laissaient entendre que ce n'était pas un rève , mais plutôt un cauchemar qui retenait le jeune homme dans un monde onirique . Sa peau était blanche et un large cache oeil coupait son visage . C'était toujours trop adorable de contempler quelqun en train de dormir .

Quand les yeux du jeune homme s'ouvrirent . Enfin plutôt un seul , un grand oeil aussi bleu de l'azur fit le tour de la pièce puis se referma . Kino recula encore plus fort , elle buta dans un fauteuil , l'inconnu tourna son oeil sur elle avant de tressaillir . Forcément , il était surpris de trouver quelqun de bruyant à son réveil . Kino avait toujours le don d'embarasser les gens , le jeune homme semblait frustrée devant la jeune fille qui se tenait à l'accoudoir du fauteuil pour ne pas perdre l'équilibre . Il se tendit et son visage devint froid. Comme s'il avait revéti le masque de l'indiférance .

Kino se sentait confuse , elle s'écarta du fauteuil , elle rougissait quand elle était honteuse . Immaginez ses douces joues teintées d'un rouge flamboyant .

" Je suis vraiment désolé , je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un . Je suis venue me réfugier ici à cause de la pluie , d.. désolé si je vous ai réveillé . "


Ses mains se serrèrent et ses yeux se baissèrent . Kino ou la discrétion assurée .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullivan M.J. Brooks

avatar

Masculin ○ Messages : 17
○ Age : 23
○ Localisation : En quoi cela vous regarde-t-il ?
○ Emploi/loisirs : Je n'ai pas besoin de travailler pour subvenir à mes besoins...
○ Situation amoureuse : H-hem... *rougit* Hé bien... il y a Nevh et... hem... Samaël...

Carte d'Identité
Classe: Sataniste
Situation: Collégien, Lycéen (+fillière), Civil (+métier), Vagabond, ...
Informations pratiques:

MessageSujet: Re: Un peu de calme sous la pluie hivernale. (PV: Kino)   Dim 13 Mar - 22:01

Le regard de Sullivan s’arrêta sur une petite pendule en bois verni, posée sur une étagère entre deux rangées de livres. Il la fixa avec un air captivé, un peu comme si un hologramme sortait de son cadran pour projeter un film passionnant. Bien sûr, ce n’était pas du tout le cas : c’était une horloge tout ce qu’il y avait de plus banale. Mais on le sait tous, même un emballage de hamburger abandonné sur l’asphalte et ramolli par la pluie peut s’avérer passionnant quand on veut se faire oublier. Et Sullivan se trouvait dans une situation comme celle-ci. Et puis cette horloge n’était pas de si mauvais goût que ça, si ?

Mais loin d’être perdu dans la contemplation de cette pendule idyllique, Sullivan entendit très distinctement la fille qui se trouvait dans la même salle que lui se mettre en mouvement. Du coin de l’œil, il la vit même s’éloigner du fauteuil dans lequel elle s’était avachie. C’est à ce moment qu’il décida que la pendule n’était plus autant intéressante qu’avant et qu’il tourna les yeux – ou plutôt son œil – vers le livre toujours posé sur ses genoux. Il allait reprendre sa lecture là où il s’était arrêté – quel passage déjà ? N’était-il pas question d’un Charpentier ? – lorsque la fille près de lui prit la parole.


« Je suis vraiment désolée, je ne savais pas qu'il y avait quelqu'un. Je suis venue me réfugier ici à cause de la pluie, d-désolée si je vous ai réveillé. »

Sullivan releva les yeux vers elle. Ses jours s’étaient teintées de carmin, sûrement à cause de l’émotion. Il ne put que compatir avec elle, car lui aussi était sujet à de nombreux rougissements incontrôlables quand ah heum rmh… enfin bref, il rougissait bien trop à son goût. D’ailleurs, rien que d’y avoir pensé, il sentait ses joues se réchauffer légèrement. Pourvu que cela ne se voie pas ! pensa-t-il.

Il chassa ces idées malotrues de son esprit et adressa un sourire mi-figue mi-raisin à la fille face à lui.


« Ce n’est rien, la véranda ne m’est pas réservée après tout. Que vienne qui veut, je ne blâmerai personne. »

Le petit noble venu d’une autre dimension prit son livre dans ses mains et se redressa, droit comme un i. Il croisa les bras derrière son dos, il pouvait sentir son roman contre le haut de ses cuisses. Sullivan marcha jusqu’à la baie vitrée qui donnait sur le jardin et s’arrêta juste devant. Il observa l’extérieur d’un air morose avant de dire à haute voix :

« C’est un temps de chien que voici aujourd’hui, n’est-ce pas ? Parfait pour la lecture au coin du feu, néanmoins. »

Il sourit et tapota ses doigts sur la couverture du livre. Son regard resta accroché à la fenêtre quelques instants de plus avant qu’il ne fasse demi-tour sur lui-même pour faire face à la jeune fille.

« Mais comme vous avez pu le voir, je crains m’être assoupi durant ma lecture. »

Il eut un sourire amer en repensant à son cauchemar. À vrai dire, il trouvait finalement plutôt rassurant de parler à quelqu’un après une frayeur pareille.

« Êtes-vous venue ici pour profiter de tout ceci ? »

Il désigna d’un large geste du bras les bibliothèques tapissant les murs.

« Vous aimez la lecture, peut-être ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kino Kohaku

avatar

Féminin ○ Messages : 53
○ Age : 25
○ Localisation : Devant mon ordi , dans la lune ..

MessageSujet: Re: Un peu de calme sous la pluie hivernale. (PV: Kino)   Dim 10 Avr - 0:02

Ses joues s'enflammaient , elle savait qu'elle était déjà rouge comme une pivoine . C'était si difficile de tenir le regard de quelqun , elle se sentait toujours embarassé et cela se resentait beaucoup trop sur son doux visage . La curiosité l'avait toujours taraudée , elle était définitivement trop curieuse , et s'approcher comme ceci d'un inconnu ne se faisait vraiment pas , heureusement que le jeune homme ne semblait pas l'avoir mal pris .

Sa confiance en elle en prenait toujours un coup , quelqun de compréhensif réhabilitait toujours cette sensation de malaise qu'elle éprouvait en compagnie des autres . Le regard d'autrui lui était si important . Elle se dévaluait tellement , pourtant ce n'était pas forcèment à cause de ce changement perpetuel et volontaire de corps . Se changer en n'importe quoi aurait du lui permettre de se sentir plus forte , d'avoir plus d'estime d'elle même , or c'était le contraire . Aussi loin qu'elle se souvenait , elle avait toujours été d'une timidité maladive et sans aucune confiance en elle .

Ainsi la réponse du jeune homme la rassura amplement :

« Ce n’est rien, la véranda ne m’est pas réservée après tout. Que vienne qui veut, je ne blâmerai personne. »

C'était extrèmement bien dit . Une chose était sure , ce jeune homme était surement d'une haute condition sociale . Il lui adressa un petit sourire , qu'on aurait pu qualifier de mitigé puis se redressa et marcha près de la véranda qui ouvrait vers un paysage morose et humide . Il faisait bon de rester dans la véranda , d'ailleurs elle était chauffée , c'était excessivement agréable .

« C’est un temps de chien que voici aujourd’hui, n’est-ce pas ? Parfait pour la lecture au coin du feu, néanmoins. »

Pour une fois que ce n'était pas Kino qui engageait la conversation , ça lui faisait tout drôle . Elle allait surement passer un temps fort intéressant , ici . Ne voulant pas couper le jeune homme dans son élan , elle le laissa parler , l'écoutant attentivement .

« Mais comme vous avez pu le voir, je crains m’être assoupi durant ma lecture. »

« Êtes-vous venue ici pour profiter de tout ceci ? »

« Vous aimez la lecture, peut-être ? »


Cette farandole de questions étonna la jeune Kino . Pour toute réponse , elle sourit tout en s'asseyant contre un fauteuil :


" J'aime beaucoup la lecture . Comment ne pas aimer toute cette culture ? Je trouve ça tellement passionant , on a accès à tout avec les livres . "


Se relevant , sur la pointe des pieds , elle s'avança vers les étagères , regardant les ouvrages , les caressant du doigt .

" La véranda est vraiment un bel endroit . Vous connaissez depuis longtemps ?"

L'ambiance s'adoucissait , Kino se sentait de mieux en mieux . Ses joues avaient repris leur couleur naturelle . Elle souriait , émerveillée par la quantité de livres . Elle attrapa un livre sur le Cinéma et s'installa dans un fauteuil , levant les yeux vers le jeune homme .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sullivan M.J. Brooks

avatar

Masculin ○ Messages : 17
○ Age : 23
○ Localisation : En quoi cela vous regarde-t-il ?
○ Emploi/loisirs : Je n'ai pas besoin de travailler pour subvenir à mes besoins...
○ Situation amoureuse : H-hem... *rougit* Hé bien... il y a Nevh et... hem... Samaël...

Carte d'Identité
Classe: Sataniste
Situation: Collégien, Lycéen (+fillière), Civil (+métier), Vagabond, ...
Informations pratiques:

MessageSujet: Re: Un peu de calme sous la pluie hivernale. (PV: Kino)   Dim 8 Mai - 11:01

Sullivan s’étonnait lui-même de sa propre sociabilité avec la jeune fille (qui d’ailleurs était sûrement un peu plus âgée que lui et ne méritait donc pas l’adjectif ‘jeune’). Il ne savait pas trop pourquoi il était aussi bavard. Peut-être était-ce parce qu’il venait de se réveiller, peut-être parce que le livre qu’il lisait était vraiment bien, peut-être parce que l’ambiance générale de la pièce était calme et reposante, peut-être parce qu’il aimait bien la pluie. Il ne savait vraiment pas.

En tout cas, il avait le cœur léger et la langue déliée. La fille lui inspirait confiance, ça ne le gênait pas de lui parler. Peut-être avait-il attrapé une maladie le rendant tout à fait sympathique et aimable ? Si son état continuait sur cette voie là, il faudrait qu’il mène quelques recherches… Quoique ce n’était pas désagréable de ne pas être d’humeur ronchon, pour une fois.

La fille s’appuya contre un fauteuil et sourit. Ah ça, ce n’était pas commun non-plus. Qui d’autre que Nevh et Samaël lui souriaient ? Et lorsque ça arrivait, il sentait son cœur bondir dans sa poitrine, son sang affluer dans ses joues et il avait à la fois envie de claquer un baiser sur leur joue et s’enterrer la tête dans le sol. Mais à ce moment présent, le sourire de la fille le rendit simplement content – ce qui était déjà énorme venant de Sullivan, notez bien.


« J'aime beaucoup la lecture. Comment ne pas aimer toute cette culture ? Je trouve ça tellement passionnant, on a accès à tout avec les livres. »

Sullivan hocha la tête d’un air entendu. Oui, il était tout à fait d’accord avec elle : lire, c’était s’ouvrir un tout autre monde. En lisant, il avait souvent l’impression de regarder par une fenêtre ce qu’il se passe dans une autre dimension ou alors de l’autre côté de la planète ou encore à une autre époque. Lire c’était se cultiver, rêver. C’était un type de voyage psychique bien particulier, un voyage éphémère où à la fin on retournait toujours au même point de départ : la vraie vie.

« La véranda est vraiment un bel endroit. Vous connaissez depuis longtemps ? »

Sullivan acquiesça. Il s’éloigna de la fenêtre ; il faisait plus chaud au centre de la pièce. Il reposa son livre sur une petite table en bois foncé et s’assit dans un fauteuil en face de la brunette.

« Oui, je viens souvent ici lorsque je suis seul. C’est un des endroits le plus calme de la pension. »

Il se rappelait que la seule fois où il y avait eu du bruit ici, c’était lorsque deux élèves faisaient une partie d’échecs et laissaient échapper parfois des cris de protestation ou des gloussements victorieux. Ce qui n’était pas grand chose, cela dit.

« J’adore surtout y aller quand il pleut, comme aujourd’hui. Ça donne une atmosphère vraiment particulière à la pièce. »

Il eut un léger sourire pensif. Il adorait vraiment cet endroit quand la lumière était pâle et que la pluie clapotait paisiblement contre les vitres en verre. Il cligna des yeux et retrouva sa lucidité.

« Je m’appelle Sullivan Brooks. Et vous ? »

Il ne se rappelait pas l’avoir déjà croisée, que ce soit ici ou à l’extérieure de la pension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kino Kohaku

avatar

Féminin ○ Messages : 53
○ Age : 25
○ Localisation : Devant mon ordi , dans la lune ..

MessageSujet: Re: Un peu de calme sous la pluie hivernale. (PV: Kino)   Sam 28 Mai - 22:25

De toute manière, malgré sa forte timidité, Kino n'était pas du genre à laisser passer une occasion comme celle de passer un peu de temps à parler avec un parfait inconnu dans une véranda sous la pluie. C’était d’un romanesque. Et puis elle n’avait rien de mieux à faire. De plus cet environnement était absolument irrésistible, tous ces livres lui procureraient autant de culture qu’elle le souhaiterait. Autant d’évasion qu’elle le voulait. Elle deviendrait l’héroïne d’un royaume ou le pantin d’un génie du mal. C'était un peu le risque quand on ouvrait un livre. Il vous emmenait où il le voulait, et vous devenait complétement indépendant.

Plaisir partagé, de toute évidence. Kino jeta un coup d’œil aux grandes baies vitrées, il pleuvait toujours. A flots.
La pluie avait toujours été un élément que Kino ne se lasserai jamais de regarder, de préférence au fond d'un fauteuil avec la chaleur de la cheminée qui vient lui chatouiller les pieds. La vie se déchainait dehors pendant qu'elle restait tranquille, bien au chaud. Sans se préoccuper de quoi que ce soit.

Apparemment le jeune inconnu partageait son sentiment.

« Oui, je viens souvent ici lorsque je suis seul. C’est un des endroits le plus calme de la pension. »


" Et c'est si agréable un peu de calme, quand la vie ne nous laisse même plus le temps de penser "
répondit Kino au tac au tac.

« J’adore surtout y aller quand il pleut, comme aujourd’hui. Ça donne une atmosphère vraiment particulière à la pièce. »

" Oui, pour ma part je me sens complétement en sécurité. Je me dis que rien ne peut m'atteindre. Même si le ciel se déchaine. C'est aussi assez triste, toute cette pluie, c'est comme de grosses larmes qui tombent du ciel ... Mais quoi qu'il en soit, j'aime aussi beaucoup cette atmosphère. Elle est assez envoutante"

Le jeune homme semblait vraiment dans son élément, il esquissa alors un sourire, songeur. Surement, reflétant son gout pour cet endroit, décidément appréciable.

Kino se fit la réflexion qu'elle reviendrait. Et que la recherche de calme trouverait sa réponse ici.

Je m’appelle Sullivan Brooks. Et vous ? »


Surprise que le jeune homme se présente si promptement, elle esquissa un léger sourire. Il était évidemment plus jeune qu'elle. Mais assez mature pour son âge. Sulilvan Brooks sonnait anglais à ses oreilles. C'était néanmoins un nom très charmant.

" Mon nom est Kino Kohaku. Je suis dans la classe des Ongumi ... et vous ? "

Mais qu'est ce qui lui prenait ? Pourquoi se sentait elle assez en confiance avec ce Sullivan pour lui dire sa propre nature ? Sa sensibilité était parfois bien étonnante.

Elle leva doucement ses yeux vers ceux du jeune homme puis regarda hâtivement les larges bibliothèques




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un peu de calme sous la pluie hivernale. (PV: Kino)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un peu de calme sous la pluie hivernale. (PV: Kino)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Voir Nice Sous la Pluie
» Une balade sous la pluie
» Sur le sol, sous la pluie... ♪ [PV Yasushi]
» Sous la pluie, tous les Cruenturs sont gris
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mahora no Shima :: Île de Mahora :: Partie Ouest :: L'Ecole de Mahora et sa Pension :: La pension :: La Véranda-
Sauter vers: