AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ¤ Leah Yumeko ¤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leah Yumeko

avatar

Féminin ○ Messages : 12
○ Age : 25
○ Localisation : Là où tu n'es pas.
○ Emploi/loisirs : Depuis quand ça te regarde?
○ Situation amoureuse : ... Bon, d'accord. Je suis amoureuse d'un garçon, mais il est déjà pris de toute façon. Son nom? Ha, ha, tu peux toujours rêver.

Carte d'Identité
Classe: Princesse de Cristal
Situation: Collégien, Lycéen (+fillière), Civil (+métier), Vagabond, ...
Informations pratiques:

MessageSujet: ¤ Leah Yumeko ¤   Dim 3 Oct - 11:06


Leah Yumeko

« Princesse Solitaire, Méprisante et Méprisée. »





{ Black Rock Shooter}

Fiche d'identité


○ Nom : Leah Yumeko
○ Nom de naissance : Lissandra Ryûko
○ Âge : 200 ans, née le 10 janvier 1810.
16 ans mentalement et physiquement.
○ Sexe : Féminin
○ Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle
○ Statut : Etudiante
○ Classe : Princesse de Cristal
○ Nationalité : Japonaise


--Description du Personnage

    Portrait moral :
Leah est une personne très difficile à cerner. D’abord parce que sa personnalité est en partie artificielle : elle s’est formée lorsqu’elle se trouvait dans l’esprit d’Itami, où elle était censée être une entité aux intentions discutables. D’autre part car elle est assez instable. Elle peut passer d’une émotion très positive, comme l’enthousiasme, à une émotion négative telle que la colère ou le désir de blesser. Elle semble ne pas éprouver de sentiment comme l’amour ou l’amitié en surface, car elle prend cela pour des signes de faiblesse. Mais elle est parfaitement capable de se lier d’amitié avec quelqu’un, même si on ne peut pas dire qu’elle soit très sociable. Bien au contraire, d’ailleurs. Ayant un sérieux problème de confiance en elle, Leah déteste tout ce qui pourrait la rendre impuissante ou faible. Elle préfère donc se mesurer aux autres et prouver de quoi elle est capable plutôt que de lier de véritables amitiés qu’elle juge inutiles. Il est alors fastidieux d’essayer d’être son ami, mais pas impossible. Leah se montre protectrice envers les personnes qu’elle apprécie, mais elle ne se sacrifiera jamais pour de simples connaissances, à moins qu’elles soient véritablement importantes à ses yeux. Extrêmement têtue, Leah n’abandonne jamais quelque chose qui lui tient à cœur et ne s’avoue vaincue qu’en circonstances extrêmes. Très friande de sensations fortes, elle n’hésite pas à se mettre dans des situations risquées pour satisfaire sa soif d’aventure et d’action. Leah ignore toute autorité qui pourrait brider sa liberté, et a donc des problèmes de disciplines qui pourraient la faire renvoyer de la pension. Mais heureusement, elle est loin d’être idiote. Bien qu’elle ne le montre pas, que ce soit en cours ou dans la vie quotidienne, c’est une fille très intelligente qui, si elle le veut, sait faire preuve de perspicacité. Ses goûts sont très complexe, la princesse de cristal est en effet très difficile. Autant pour la nourriture que tout ce qui lui passe sous le nez, Leah juge selon ses propres critères. Inutile de préciser qu’elle est très exigeante. Amatrice d’humour noir et des sarcasmes, elle peut parfois être blessante sans forcément le vouloir. Il sera très dur pour elle de retrouver un semblant d’équilibre, et de surmonter ses plus grands défauts, à savoir un sadisme qu’elle ne peut contrôler et une asociabilité qui ne peut que la blesser.

    Portrait physique :
Leah possède un corps très fragile. Bien qu’il ne manque pas de souplesse, se déplace rapidement et offre à Leah une grande endurance, il a des difficultés à supporter de grands efforts. Physiques comme magiques. Ainsi, Leah est doté de cicatrices, sur son abdomen entre autres, dues à des utilisations massives de son pouvoir. Mesurant cent soixante-cinq centimètres pour quarante sept kilogrammes, elle est très mince, voire maigre, et ne parvient pas à prendre du poids. A sa grande frustration, ses courbes féminines sont presque inexistantes. Ses jambes sont la seule partie de son corps à avoir une musculature correcte. Car la force de Leah est misérable, ce qui ne fait que l’enrager.
Son visage est fin et délicat. Il pourrait être plutôt séduisant s’il n’était pas le plus souvent figé en des expressions inspirant tout le sadisme et l’insensibilité de Leah. Ses lèvres fines et bien dessinées sont surmontées par un nez trop petit, ses joues pâles ne rougissent jamais. De grands yeux bleus viennent illuminer ce visage, brillants d’un éclat mystérieux, ombragés par de longs cils. De l’œil gauche de Leah émerge une flamme bleue, lorsqu’elle utilise le Feu des Ténèbres. Ses sourcils fins sont de la même couleur que ses cheveux : noir de jais. Ces derniers, lui arrivant dans le bas du dos, sont souvent coiffées en deux longues couettes – habitude qu’elle tient d’Itami.
Son style vestimentaire est assez spécial. Elle déteste les uniformes, et préfère de loin des habits originaux qui la démarquent des autres. Ne se séparant jamais de son long manteau noir orné de motifs blancs étoilés, elle aime avoir des vêtements très légers, la laissant à moitié dénudée, qui mettent en relief la finesse de son corps.



--Pouvoir du Personnage

. Maîtrise du Cristal
Leah est une princesse de cristal. Une princesse de cristal très spéciale, soit, mais toujours est-il que le contrôle de son élément de prédilection n’a pas de secrets pour elle. Voilà des décennies qu’elle a appris à utiliser son pouvoir, et ce n’est certainement pas quelques générations de sommeil qui vont effacer de vieux réflexes. Empaler ses ennemis d’une lame de cristal, faire pleuvoir un torrent de cristaux aussi tranchants que des rasoirs, cristalliser ses adversaires ou les immobiliser dans une prison de cristal… Autant de choses chères à Leah et à son sadisme, et dont elle ne se privera pas si elle est confrontée à un affrontement direct.

. Feu des Ténèbres
Voilà la seule chose que Leah récupèrera de ses parents. Un don très puissant qui lui ronge son énergie vitale, et qui combine l’élément dominant Ténèbres de son père et celui du Feu, plus discret, de sa mère. Les flammes créées ne brûlent pas vraiment ; elles absorbent, car elles sont avant tout faites de ténèbres. A chacune de ses utilisations, ce pouvoir blesse Leah intérieurement. Et même si cette dernière n’en accorde que peu d’intérêt du fait des effets destructeurs que ce don peut avoir, elle pourrait très bien se consumer doucement mais sûrement en abusant de cette faculté.

. Psychokinésie
Agir sur la matière par la seule volonté. Quelle capacité formidable, n’est-ce pas ? Mais aussi totalement imprévisible lorsqu’elle est utilisée par Leah. Car la princesse n’a aucun contrôle sur ce pouvoir, qu’elle a découvert depuis peu. Déplacer des objets, modifier la consistance de certains, ou en faire exploser d’autre. Théoriquement, elle serait capable de tout cela. Mais en pratique, c’est une toute autre histoire : ce pouvoir se manifeste de manière parfaitement aléatoire lorsqu’elle l’active. Il est donc déconseillé de se trouver à ses cotés si elle avait l’excellente idée de l’utiliser.


○ Classe : Princesse de Cristal
○ Atouts : Puissance magique très élevée, endurance exceptionnelle, grande vitesse.
○ Faiblesses : Force physique inexistante, défense et résistance moyennes, énorme impulsivité, possibilité de se blesser par son propre pouvoir.
○ Alignement : Kuro

    Stats et Techniques :

Type : Cristal - Ténèbres
Anomalies : Poison, Tétanie, Silence, Charme, Inversion
Force : 0 / Dommages physiques : 0
Défense : 32 / Défense physique : 100
Magie : 100 / Dommages magiques : 850 - 950
Résistance : 50 / Défense magique : 200
Vitalité : 100 / Points de vie : 10 000
Dextérité : 90

Spoiler:
 



--Hors-Jeu ; Personnel
    Appelez moi Itami, ou Julie. J'ai 13 ans depuis le 7 janvier 2010. J'aime écrire, lire, dessiner, jouer au piano et rêvasser. Et surtout, j'adore Mahora, que je connais depuis la première version grâce à lacartoonerie.com, qui m'a fait progresser en écriture et qui est rempli de personnes géniales.
    Je vous présente aujourd'hui Leah, dont j'ai façonné une toute nouvelle histoire, qui j'espère vous donnera plaisir à lire. En tout cas, j'attends le verdict d'Iku pour savoir si tout va bien... ou pas (ce qui est plus probable).


○ Si je vous dis "Code de présentation"... ? : Validé par Iku~ ♥ avec une petite flemme de mettre en couleur


Dernière édition par Leah Yumeko le Dim 3 Oct - 12:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leah Yumeko

avatar

Féminin ○ Messages : 12
○ Age : 25
○ Localisation : Là où tu n'es pas.
○ Emploi/loisirs : Depuis quand ça te regarde?
○ Situation amoureuse : ... Bon, d'accord. Je suis amoureuse d'un garçon, mais il est déjà pris de toute façon. Son nom? Ha, ha, tu peux toujours rêver.

Carte d'Identité
Classe: Princesse de Cristal
Situation: Collégien, Lycéen (+fillière), Civil (+métier), Vagabond, ...
Informations pratiques:

MessageSujet: Leah Yumeko ~ Histoire   Dim 3 Oct - 11:49

Histoire, raison d'arrivée à Mahora

Lissandra Ryûko est née sur une île japonaise, l’une de ses parcelles de terre émergeant fièrement de l’océan, dont sont dotées les grandes familles. La jeune fille était en effet issue d’une prestigieuse lignée, celle des Ryûko. Et ce prestige n’était pas dû au hasard. Car c’était une famille de magiciens, dont la majorité était plutôt puissants. Née d’une mère maîtrisant le feu et d’un père contrôlant les ténèbres, Lissandra hérita d’un élément particulier, celui du cristal. Ainsi, née princesse de cristal, la petite fille sentait depuis toujours une énorme puissance en elle. Une force qui ne demandait qu’à sortir. Qu’à détruire. Tant et si bien qu’elle en prit peur. Et par une volonté incroyable, elle brida son pouvoir. De ce fait, il n’y eu aucun signe chez Lissandra montrant qu’elle soit une magicienne, comme ses ascendants. Ce qui déçu profondément ses parents. Le couple, d’origine, n’était déjà pas doté d’une sympathie exceptionnelle. Guidés par le pouvoir, l’argent et l’influence, ils n’eurent aucun scrupule à se débarrasser de leur fille à l’apparence si faible, si inutile. Leur seul regret fut d’avoir perdu sept années de leur vie à élever une misérable humaine.

Lissandra avait donc sept ans lorsque sa mère l’emmena devant une immense bâtisse, encore plus grande que sa propre demeure. Elle se situait au bord d’une falaise, et était habitée par une famille extrêmement puissante, alliée des Ryûko. La porte d’entrée s’ouvrit sur une femme à l’aura imposante, presque effrayante.
« Bonjour, Yumeko-sama, je vous l’amène comme prévu.
- Ah, voilà donc la petite Lissandra… »
La fillette fut très surprise. D’habitude, on l’appelait Ryûko-san voire Ryûko-sama, par respect (ou hypocrisie selon la version de sa mère). Que l’on la nomme par son prénom l’avait vraiment étonné. De plus, le fait que sa mère emploie le suffixe honorifique -sama était très rare. Cette famille était puissante au point d’ignorer leur titre ? Lissandra n’était pas habituée à être reléguée au rang de simple personne.
« Oui, c’est elle. Je n’ai pas le temps de rester longtemps, pardonnez-moi, est-ce que vous…
- Bien sûr, bien sûr, je comprends. »
La grande femme tendit à la mère de Lissandra, dont les yeux brillaient, un bout de papier rectangulaire. Un chèque.
« M… merci beaucoup, Yumeko-sama.
- Je vous en prie. Au plaisir de vous revoir. »
La dernière phrase avait été dit avec une amabilité froide, qui ne donnait vraiment pas envie de revenir. La mère de Lissandra s’inclina. Une expression de peur était fugitivement apparue dans ses yeux. Jamais elle n’avait exprimé ses faiblesses. La petite fille commença à sentir son cœur battre de plus en plus fort. Des larmes commencèrent à couler sur ses joues lorsque la grande femme lui prit la main avec une étrange douceur, et que sa propre mère partait, sur le sentier magnifiquement entretenu menant au manoir des Yumeko.

Abandonnée. On venait de l’abandonner. Sa propre mère, sa propre famille l’avait abandonné. Lissandra, sous le choc, se laissa guider par Élise Yumeko, la matriarche de la famille. A travers les couloirs interminable, les pièces somptueuses, elle découvrit la maison dans laquelle elle allait vivre. En tant que domestique.
« Il ne faut pas te faire d’illusions, lui avait dit Élise, ta mère ne t’a jamais aimé, car tu n’as pas été capable de lui dévoiler ton potentiel. C’est aussi simple que cela. Et parce qu’au fond d’elle-même, elle n’a pas été assez forte pour te tuer, elle t’a vendue en tant que domestique à notre famille. Tu ne la reverras plus jamais. Ni elle, ni ton père. Tu appartiens désormais aux Yumeko, et ce pour le reste de ton existence. »
Lissandra n’y croyait pas. Elle cauchemardait, elle en était certaine. Mais ce songe désagréable semblait ne jamais s’arrêter. Impuissante, elle se laissa entraîner par les événements.
« Il est hors de question que l’on continue à t’appeler Lissandra. Tu dois laisser ton ancienne identité derrière toi. Ton nouveau nom sera Leah. Leah Yumeko, bien entendu. Tu logeras avec les autres domestiques, dans une dépendance attenante au manoir. Ton rôle sera de prendre soin de ma fille, Hana. Elle a le même âge que toi, et tu devras répondre au moindre de ses désirs et agir uniquement pour elle. Jusqu’à ce que tu sois prête. »
Leah… quel prénom étrange. La fillette savait que ses parents avaient choisi le nom Lissandra pour son origine lointaine. Mais ce mot si court, à la consonance britannique, elle ne l’aimait pas. Elle ne voulait pas s’appeler Leah. Et encore moins devenir une domestique, elle qui était censée être l’héritière d’une puissante famille japonaise. Quant à servir une fille, à laquelle elle aurait du ressembler en tout point, rien que l’idée lui donnait la nausée. Ses parents lui avaient appris à aimer la puissance et à refuser toute sorte de soumission. Cependant, elle n’était pas assez forte pour se battre contre cette famille qui avait voulu d’elle pour d’obscure raison, et ses propres parents qui la détestaient. Son seul échappatoire restait la fuite.

Mais quelque chose lui disait que cela n’allait pas être facile. Les Yumeko, bien que l’ayant accueillit de manière irréprochable, ne semblaient être ni naïfs, ni imprudents. La jeune fille voyait bien qu’Élise était prête à réagir à la demi-seconde près si elle tentait une quelconque rébellion. D’ailleurs, la femme paraissait étonnée de la docilité de la nouvelle venue.
C’est alors que Leah rencontra la fameuse Hana. Il lui semblait qu’elle la connaissait depuis toute sa vie. Et pour cause : cela faisait des années que cette fille apparaissait dans ses rêves. Ses longs cheveux bleutés, la profondeur de ses yeux océan, sa carrure fragile et sa peau pâle. Hana. Leah en fut soulagée. Elle était bien dans un songe, personne ne l’avait abandonné, elle était toujours l’héritière des Ryûko. Hana lui sourit. Et ce sourire, si mystérieux, si envoûtant, semblait incroyablement sincère.
« Voici Hana Yumeko. Bien, il me semble pouvoir vous laisser, à présent. S’il y a le moindre problème, appelle-moi, ma chérie. »
Hana hocha la tête. Elle reporta son attention sur Leah lorsque sa mère fut partie. Sa nouvelle domestique ne comprenait plus grand-chose. Elle refusait que tout ceci soit la réalité. Hana décida de forcer les choses.
« AAAaah ! » hurla Leah, prise d’une douleur atroce qui lui parcourait tout le corps.
« Tu n’es pas dans un rêve, cette douleur en est la preuve, retentit une voix dans sa tête, tu es désormais ma servante. Cela fait plusieurs années que j’ai créé un lien mental entre nous, parce que ma mère me l’a demandé. C’est pourquoi nous nous voyions en rêve. Mais cette fois-ci, nous sommes bien dans la réalité. »
Ladite mère s’était précipitée dans la chambre quand elle avait entendu le cri. Elle fut surprise de voir Leah en larmes et sa fille parfaitement intacte, toujours assise sur le lit.
« Que ce passe-t-il ?! Ha…Hana, il ne faut pas traiter comme ça les individus, qu’ils soient des domestiques ou non! »
Hana baissa la tête, penaude. Elle paraissait vraiment désolée, ce qui enragea Leah, qui n’avait pas eu l’impression d’avoir une maîtresse très empathique.
« J’ai oublié de te dire quelque chose, Leah. Ta famille, comme tu dois le savoir, maîtrise la magie. Il en est de même pour nous. Hana est une télépathe. Elle a développé ce pouvoir depuis longtemps, car elle est née muette. Il lui est nécessaire de communiquer par la voix de l’esprit pour se faire comprendre, comme tu l’as remarqué. »
Leah se releva, apeurée. Si tout cela était vrai, sa vie était entrain de devenir un enfer. Elle avait eu mal, très mal. La douleur était encore assez présente dans son corps pour lui prouver qu’elle ne rêvait pas. Alors, ne pouvant plus se contrôler, elle éclata en sanglot.

Ses premiers mois au service d’Hana furent très éprouvant pour Leah. Ne pouvant se débarrasser du poids énorme comprimant son cœur, qui essayait à grandes peines de se renforcer pour lui faire face. Il s’avéra qu’Hana était en vérité une fille très douce, et surtout très maladroite. Elle n’avait pas exactement les mêmes notions que ses semblables, ce qui la rendait imprévisible. Leah avait beaucoup de difficultés pour la cerner, mais évitait de lui poser des questions, bien qu’elle en ait une bonne dizaine. Pourquoi sa mère avait-elle voulu les lier ? Comment faisait-elle pour maîtriser si bien son pouvoir ? Que cachait sa famille, qui semblait si distante à l’égard de Leah ? Toutes ces questions qu’elle n’osait poser, Hana les connaissait. Elle sondait mentalement Leah à chaque fois qu’elle la voyait, faisant des rapports quotidiens à sa mère sur son état moral. Elle non plus n’avait connaissance des projets d’Élise, car celle-ci savait bloquer son esprit à sa fille. Leah suivait une éducation scolaire en même temps qu'Hana. D’autre part, Leah s’intégrait plutôt bien auprès des autres domestiques. Cuisiniers, jardiniers, servants, intendants et tous les autres se retrouvaient le soir dans la dépendance leur étant réservée. Ils dormaient dans des dortoirs, se lavaient dans des douches collectives et possédaient un grand salon, presque aussi luxueux que le manoir. Elle s’était en particulier liée à un certain Ren, un garçon de trois ans son aîné, très mystérieux et qui semblait la comprendre. Ils étaient vite devenus confidents.

« Tu étais l’héritière des Ryûko, c’est ça ? murmura Ren. Tu n’as pas eu de chance. Moi, ils m’ont trouvé dans la rue. Mon père était alcoolique et ma mère est morte à ma naissance. J’ai voulu partir de la maison pour ne plus supporter l’odeur de l’alcool. Du coup, on peut dire qu’ils m’ont sauvé et tiré vers le haut, alors que toi… »
Leah hocha tristement la tête. Elle était toujours étonnée par la maturité de Ren. Il n’avait qu’onze ans, mais parlait comme un adulte. Ce qui était frustrant, chez lui, c’était qu’il paraissait savoir plus de choses qu’il ne le disait. Et cela avait le don d’agacer Leah.
« Justement, lui répondit-elle, ils n’avaient aucune raison de me recueillir. »
Ren sourit. Leah était habitué à cette expression, qu’elle avait déchiffrée depuis longtemps. Elle signifiait « N’est-ce pas ? Et moi, je sais pourquoi. »
Ils se trouvaient à l’extérieur, où ils aimaient bien se retrouver le soir. Cela faisait un an qu’ils se connaissaient, à présent. A ses cotés, Leah avait apprit à être comme lui, lucide et perspicace, en toute situation. Ou presque. Car cette fois, cela allait être différent. C’était la première fois que Ren se confiait à Leah. Et celle-ci se fit soudain méfiante. Mais le visage serein de Ren finit par l’apaiser. Ils continuèrent de parler, tandis que les étoiles continuaient de briller au dessus d’eux. Soudain, le jeune garçon lança une phrase inattendue :
« Veux-tu être ma princesse, Leah ? »
Surprise par cette déclaration, la jeune domestique ne sut que dire. Bien sûr qu’elle aimait Ren, elle l’avait aimé dès le premier jour, éblouie par sa beauté et son intelligence.
Devant le silence de Leah, Ren sourit. Puis il l’embrassa.

Quatre années avaient passé depuis son entrée au service des Yumeko. Leah n’avait pas vu le temps passer. Elle n’aurait jamais cru qu’elle se sentirait si heureuse. Grâce à l’amour de Ren, et à l’amitié d’Hana, auprès de qui elle s’était énormément rapprochée, elle se sentait bien. Son cœur possédait toujours un coté sombre qui ne parvenait à oublier la raison de sa présence au sein du manoir. En dehors de ça, elle se chargeait de son rôle avec efficacité. Et le jour fut venu, où elle reçu la visite d’Élise.
« Il est temps pour moi de te dire pourquoi nous t’avons accueillit ici. »
Une révélation inattendue, qu’elle avait cessé d’espérer. Son cœur se serra à l’idée d’être déçue.
« Ne t’es-tu jamais demandée pourquoi tu n’étais pas née magicienne ? Après t’avoir sondée, Hana a découvert que ton pouvoir était bien plus important que ce que tu as pu croire. Leah, tu contrôles le cristal, c’est un élément puissant. Si tu es ici aujourd’hui, c’est pour apprendre à maîtriser ce don qui sommeille en toi. »
Voilà donc la fameuse raison. Les Yumeko avaient voulu s’approprier son pouvoir. Contrairement à ce qu’ils pensaient, Leah avait toujours su qu’elle aussi, possédait des capacités extraordinaires.
« Je refuse de vous servir d’arme, ou d’outil quelconque, répondit-elle
- Il n’en a jamais été question. Nous ne voulions juste pas gâcher un tel potentiel. Je sais que tu as peur de tes pouvoirs, mais nous sommes là pour t’apprendre à les contrôler.
- J’ai du mal à le croire.
- Et pourtant, il s’agit bel et bien de la vérité. Tu es une princesse de cristal, ta place est auprès d’une famille comme la nôtre.
- En tant que servante ?
- Il fallait te trouver une occupation, jusqu’à ce que tu sois prête à subir notre entraînement. D'après ce que m'a dit Hana à ton propos, je pense que le moment est venu.
- Et après, que deviendrai-je ?
- Tu feras toujours partie de la famille, mais tu seras libre. »
Leah se résigna. Tout ceci allait beaucoup trop vite. Elle en avait le vertige. Et devoir débrider son pouvoir la rendait très nerveuse.

Le premier entraînement se déroula en compagnie d’Hélios Yumeko, l’armurier de la famille, et de… Ren. Ce dernier avait en effet demandé à être présent. Il devait être au courant de sa situation depuis le début.
« Bien ! commença Hélios, j’ai cru comprendre que tu bloquais volontairement ta magie, c’est ça ?
- Oui.
- Il est temps de la faire sortir, de la laisser s’exprimer, tu es prête ?
- Non. »
Leah était assez gênée que Ren apprenne cela dans une telle circonstance. Elle ne lui avait jamais fait part de l’existence de son pouvoir. Enfin, le connaissant, il devait certainement être au courant depuis un moment.
« Tu peux le faire, Leah. Nous sommes avec toi, la rassura Ren
- Il a raison, tout va bien se passer, ajouta l’armurier. »
Leah inspira. Elle alla chercher, au fond d’elle-même, la prison dans laquelle elle avait enfermé son pouvoir. Hésitante, elle commença à déverrouiller la porte qui allait libérer sa puissance. Elle sentit une douleur fugitive la parcourir lorsque le verrou céda. La magie du cristal déferla.
La puissance était telle que Leah se mit à léviter, la magie émergeant de son corps par ses mains, ses orifices, et même par les pores de sa peau. Le sol commença à se cristalliser, des lames de cristal impressionnantes en émergeant. Leah hurla, la puissance maintenant une pression sans cesse plus forte sur son corps. Elle allait suffoquer, si elle n’explosait pas avant.
« Leah ! Écoute-moi ! Tu peux te maîtriser ! Je sais que tu peux le faire ! »
Ren ! Elle allait tuer Ren, si elle n’arrivait pas à se contrôler. Reprenant peu à peu ses esprits, elle mobilisa toute sa volonté contre son pouvoir. En vain. Depuis sa naissance, il avait grandit, grandit pour atteindre ce moment. Cet instant où enfin il serait libéré.
« LEAAAAAH ! »
Il essayait de s’approcher d’elle ! Des lames de cristal continuaient d’apparaître autour de son corps, il devait s’éloigner ou il mourrait ! Mais non, il avançait, évitant les manifestations mortelles du pouvoir de Leah. Puis, il leva ses mains. Un nuage noir s’en échappa, et alla envelopper Leah. Celle-ci comprit qu’il essayait de contenir son pouvoir. Et que si elle n’arrivait pas à stopper le flux de magie qui s’échappait d’elle, ce serait elle qui mourrait, dans une prison de ténèbres. Cette prise de conscience la fit perdre le semblant de contrôle qu’elle avait gagné sur son pouvoir. Mais elle se reprit vite. Et bien. La magie commença à se tarir, et bientôt, Leah prit enfin toute la maîtrise de son don.
Les ténèbres qui l’enveloppaient disparurent. Elle retomba sur le sol cristallisé. S’évanouit.

A son réveil, Hana se trouvait à son chevet. Lorsque Leah ouvrit les yeux, l’héritière se précipita pour l’enlacer.
« Mon Dieu ! Leah, j’ai eu vraiment peur ! Mère et Ren aussi… Je suis si heureuse que tu sois en vie ! »
Leah mit quelque temps avant de reprendre complètements ses esprit. Des fragments de mémoire lui venaient progressivement.
« Ah, je me souviens… Ren a… il…
- C’est un enfant maudit. Il nous l'a toujours caché, mais il contrôle les ténèbres. Comme ton vrai père, en fait. Il a créé une barrière pour protéger les alentours de ton pouvoir. Mais tu as comme même fait de grands dégâts, tu sais ! Et… Hélios a été gravement blessé. Il a été transpercé par une des lames, et s’en remet lentement. C’est un miracle ! A part ça, tout va bien, surtout maintenant que tu es là. Cela fait deux mois que tu es entre la vie et la mort. Nous étions tous très inquiets. »
Deux… deux mois ? C’était impensable. Leah avait l’impression d’avoir dormit seulement quelques heures. Mais maintenant qu’Hana le soulignait, elle sentait ses muscles étrangement mous, ses articulations engourdies. Le choc en retour avait été terrible, pour rester si longtemps dans le coma. Jusqu’où s’étaient étendus les dégâts ? Leah ne souhaitait pas le savoir.
« C’est… étrange de sentir la magie en moi. Surtout maintenant que je sais la contrôler. J’imagine que ça te fait la même chose, à toi.
- Peut-être. Je vais appeler Ren. »
L’enfant maudit ne mit pas longtemps avant de venir dans la chambre de Leah. Les larmes aux yeux, il l’embrassa passionnément, se délectant de ces retrouvailles.
« Tu m’as manqué, si tu savais !
- Je suis désolée, tu sais, je ne voulais pas…
- Je sais, je sais. Mais tout est arrangé, maintenant. D’accord ?
- Oui, tout est arrangé… »

Les mois suivant, Leah fit d’immenses efforts durant sa rééducation. Son corps s’était beaucoup fragilisé, et elle souffrit. Mais elle finit par se remettre en forme. Ren et elle n’étaient plus obligées de remplir leurs rôles de domestiques, à présent qu'ils avaient démontré l'existence de leurs pouvoirs. Ils avaient eu de longues discussions, dont celle-ci :
« Écoute, Leah. Je ne sais pas ce que tu en penses, mais je trouve que cette famille n’est pas tout à fait ce qu’elle prétend être.
- Qu’est ce qui te fait dire ça ? Hana m'a dit qu'ils voulaient juste nous protéger...
- Une intuition. Je sens qu’ils ne sont pas de simples magiciens. Et je sais aussi qu’ils ne nous gardent pas sans en tirer un intérêt. Quant à savoir lequel, c’est difficile. Une chose est sûre, je n’ai plus envie qu’ils se servent de nous.
- Tu insinues… que tu souhaites partir, c’est ça ?
- Exactement. Je sais que ça peut te paraître difficile. Mais réfléchis. Ils vous certainement nous trahir à un moment donné et…
- J’y ai pensé, moi aussi. Mais... tu crois que ce serait possible, de partir ? Je veux dire, tous les deux.
- Pour tout t’avouer, c’est ce que je comptais te proposer… »
Ils prévirent tout pour leur fuite. Prenant garde à ce qu’Hana ne découvre rien, le couple s’enfuit jusqu’à un village où ils décidèrent de continuer leur vie, ensemble.

Mais tout ne se passa pas comme prévu. Du moins pour Leah. Le jour où un groupe d’hommes en uniforme rentrèrent dans leur maison, Leah avait 14 ans. Ils neutralisèrent l’adolescente et Ren. La dernière chose que vit Leah avant de s’endormir fut la seringue plantée dans son bras, et le visage souriant de Ren.
Elle se réveilla dans une cellule. Prisonnière. Elle n’avait même pas eu le temps de réagir, on l’avait enlevée, elle et… Non, Ren n’avait pas été enlevé, lui. Il savait ce qui allait arriver depuis le début.
« C’est toi, la nouvelle ? » demanda une voix féminine.
Leah sursauta. La cellule dans laquelle elle se trouvait était faite de quatre murs, une porte en fer. Tout semblait parfaitement sécurisé. Elle essaya d’utiliser son pouvoir. N’y parvint pas. Des grilles encastrées dans le mur permettaient de communiquer avec les prisonniers voisins. Leah avait une voisine, apparemment. Elle la regardait, attendant sa réponse. Magnifique, elle possédait de longs cheveux dorés, des yeux émeraude et des oreilles pointues.
« Je m’appelle Alayna, dit-elle en voyant que Leah n’était pas disposée à répondre. Je suis une elfe. Et toi ?
- Moi, c’est Leah. Je suis une princesse de cristal, enfin je crois. Où est-ce que nous sommes, exactement ?
- Dans une prison. Ceux qui nous gardent se font appelés les Witch Hunters. C’est un nom assez ridicule, quand on y pense, mais ils se sont mit dans la tête de se débarrasser de nous.
- Nous ?
- Tous ceux qui sont différents, pas humains. Comme toi et moi. Comment ils t’ont attrapé, toi ?
- Pourquoi tu me poses cette question ?
- Généralement, leurs captures sont assez élaborées. On dit même que certains des nôtres se sont alliés à eux et les aide. Enfin, moi j’étais assez faible pour qu’ils puissent me capturer avec une méthode classique.
- Ah. »
Leah soupira. Ren l’avait trahie, lui avait menti sur toute la ligne. Il travaillait avec cette organisation depuis le début. Sans doute avait-il prévu de vendre les Yumeko. Et maintenant, elle se retrouvait en prison, en train de se coltiner une elfe bavarde. L’existence de ces créatures sylvaines ne l’étonnait pas du tout. Hana lui avait parlé de toutes les créatures qui existaient, en dehors des humains et des magiciens.
Alayna avait remarqué que sa nouvelle voisine avait ignoré sa question. Et elle comprenait.
« Que nous font-ils, exactement ?
- Ils nous droguent, pour que nous ne puissions nous servir de nos pouvoirs, et font des expériences scientifiques sur nous. Ensuite, ils nous tuent lorsqu’ils n’ont plus besoin de nous. »
Cela avait le mérite d’être clair. Leah était déjà entrain de préparer un plan d’évasion. Et de vengeance. Hors de question que Ren – pour peu que ce soit son véritable nom – s’en tire indemne. Il fallait aussi qu’elle rejoigne Hana. Pour s’excuser. Et sauver les Yumeko des Witch Hunters.

Sa fuite fut quelque peu mouvementée. Elle dut attendre qu’on vienne la chercher pour l’emmener dans un laboratoire, où elle fut attachée à une table. On la manipulait avec des précautions exagérées, comme si c’était un objet fragile. Ou plutôt extrêmement dangereux. Inquiète, elle se demandait si elle réussirait à s’enfuir. Heureusement, les scientifiques qui désiraient l’étudier durent annuler les effets de la drogue pour voir de quoi était capable son pouvoir. On la transporta dans une salle censée pouvoir résister à une explosion nucléaire. Puis on lui demanda d’utiliser ses capacités. Leah n’était pas stupide. Elle fit semblant de ne pouvoir créer qu’une infime quantité de cristal, allant même jusqu’à montrer des signes de fatigue pour illustrer sa faiblesse. Du coup, on prit beaucoup moins de précautions à son égard. Elle se fit reconduire dans sa cellule.

Maintenant que les W.H. la prenaient pour une faible princesse de cristal, sans doute la plus faible qu’ils n’avaient jamais vu, le seul problème restait de faire vite : ils allaient sans doute vouloir se débarrasser d’elle. Elle ne prit donc pas de risques, elle décida d’entamer la plus grosse partie de son plan lors de la seconde série de tests. Elle prit les deux soldats qui l’accompagnaient pas surprise. Alors qu’ils venaient de lui détacher les menottes pour la placer sur la table d’auscultation, elle assomma l’un d’eux, et arracha l’arme à feu des mains de l’autre. Elle ne savait pas comment s’en servir, mais son attitude suffisait à la rendre plus menaçante qu’elle ne l’était. Ayant repéré où se trouvait le produit annulant les effets de la drogue, elle se l’injecta et attendit de ressentir à nouveau le pouvoir parcourir ses veines, ne cessant de menacer les scientifiques et les deux soldats du laboratoire. Soudain, quelqu’un fit irruption dans le laboratoire.
« Ah, enfin ! Je t’attendais, Ren. »
L’expression ahurie de ce dernier devant la scène qui s’offrait se transforma rapidement en un rictus.
« Tu es en forme, ma chère Leah. Content de le savoir. Mais ça ne va pas durer. »
Un jet noir s’échappa des mains de l’adolescent. Pour filer en direction de Leah. Et s’écraser sur un mur de cristal.
« Qu’est ce que… la drogue n’a pas effet sur toi ?
- Plus maintenant effectivement. Dommage pour toi. »
C’était au tour de Leah d’offrir un sourire plein de sous-entendus. Elle ne retint pas son pouvoir, cette fois ci. La salle, et les personnes qui s’y trouvaient, se retrouvèrent cristallisées en quelques secondes. Leah toussa. Du sang s’échappa de sa gorge. Décidément, son corps ne supportait plus ces manifestations trop brutales de magie. Elle fit exploser le cristal dont était composé le corps de Ren, ainsi que celui qui avait recouvert la fenêtre. Elle sauta.

La suite de sa fuite fut nettement moins risquée. Il lui suffit de rester discrète jusqu’à sa sortie de l’enceinte du centre. Elle eu du mal à retrouver un semblant de civilisation, et arriva exténuée à un village isolé. Elle s’y restaura et emprunta une voiture. Qu’elle ait un permis ou non, Leah devait se dépêcher et arriver chez les Yumeko avant les W.H. Et il s’avérait qu’elle n’avait que quelques heures de routes pour rejoindre le manoir. Au moins, elle était toujours au Japon.

Elle trouva le manoir assiégé par les W.H. Ayant suffisamment récupéré pour pouvoir utiliser son pouvoir, elle invoqua des lames de cristal qui empalèrent quelques soldats. Mais cette démonstration manquant de discrétion la fit rapidement repérée. Les W.H. s’élancèrent sur elle, liant ses pieds et ses poignets.
« Leah ! s’était exclamée Hana qui venait de détecter l’esprit de son ancienne domestique près du manoir, tu dois fuir ! Maintenant ! »
Cela, il en était hors de question. Avoir entendu la voix d’Hana fit sangloter Leah. Comment avait-elle put croire Ren et trahir sa meilleure amie ? La colère se mêla à la tristesse dans le cœur de la jeune fille, s’ajoutant à la rage d’être impuissante devant leur sort et d’être à nouveau prisonnière. Les soldats voulurent la bâillonner, mais elle hurla :
« LACHEZ-MOI ! »

L’œil gauche de Leah s’enflamma. Le hurlement fut le déclencheur. Celui d’une déflagration qui s’étendit comme une onde autour de Leah, dévorant tout ce qu’elle touchait. Le feu des ténèbres. Le second élément que contrôlait la jeune fille, unique héritage de ses parents. Il déferla sur les soldats, leurs fourgons, les barrières entourant le manoir, et le manoir lui-même. Il fit d’incroyables dégâts, matériels autant qu’humains. Et lorsqu’il s’estompa, il avait laissé place à cendres et ruines. Ainsi qu’à une Leah totalement inerte. Morte.

Ainsi se termine la première vie de Leah. Elle mourut à 16 ans. Et fut ressuscitée. Par Hana. En effet, la famille Yumeko était une famille de Shinigamis, ayant le pouvoir de redonner la vie autant qu’à la prendre. Cependant, Hana avait elle aussi été touchée par le feu des ténèbres, comme la majorité de sa famille, qui ne comportait que peu de survivants. Blessée, son pouvoir n’était pas opérationnel lorsqu’elle l’activa. Elle crut d’abord que Leah était restée morte. Elle eut tort. La princesse de cristal, ou tout du moins son âme, avait survécu et trouvé refuge dans le corps d’Hana. Puis transmise à sa descendance, qui oublia peu à peu sa nature de Shinigamis et sa puissance passée. Elle ne put se manifester que lorsque son hôte reçut un choc psychologique assez fort pour détruire la barrière qui séparait son esprit de l’âme de la princesse de cristal. A chaque nouveau corps, Leah perdait tous ses souvenirs. Le seul moyen pour elle de les retrouver est d’être invoqué, ce que réussira la première Itami Yumeko, celle qui parviendra à lui rendre sa liberté, à Mahora.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iku L. Samuro
Fondatrice de choc !

avatar

Féminin ○ Messages : 432
○ Age : 25
○ Localisation : Derrière toi. *BAM !* Haha ! C'était une blague ! J'étais devant.
○ Emploi/loisirs : Batteuse et chanteuse dans le groupe Yomi's Dawn, directrice du CEDEM. Sinon, s'entraîner au combat, bricoler des trucs, tous les sports, lire, sortir, etc...
○ Situation amoureuse : Lloyd, Lloyd Herwing !

Carte d'Identité
Classe: Demanen
Situation: 4ème année de lycée en fillière HTAA ; directrice du CEDEM.
Informations pratiques:

MessageSujet: Re: ¤ Leah Yumeko ¤   Dim 3 Oct - 17:10

Re-Bienvenue Tatami, je m'occupe de cette fiche, l'analyse sera prête demain ! ~

EDIT// Enfin, pas vraiment d'analyse en fait, j'ai lu assez rapidement ta fiche, et je sais pas trop quoi dire dessus.
En fait, j'avoue que j'ai pas trop le temps d'analyser en profondeur >< Mais au moins, je l'ai lue, et il n'y a pas de trop grosses incohérences. Peut-être que le personnage est légèrement grosbill, mais j'imagine que ça peut aller.
Donc, je te valide. S'il y a objection par un autre membre du staff, qu'il n'hésite pas à me le dire, évidemment.

---------------------------------------------------------------------------------




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mahora-no-shima.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ¤ Leah Yumeko ¤   

Revenir en haut Aller en bas
 

¤ Leah Yumeko ¤

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Leah A. Miller [Terminée]
» Leah Clearwater - Ça ne sert à rien, de s'attacher aux gens, ils finissent tous par partir! - Lili's liens
» Just pretend... [Leah & Elenore]
» Leah Woods - I feel lonely in a crowd
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mahora no Shima :: Présentations validées-
Sauter vers: